Angkor Vat


 

Le temple : Angkor Vat ou Angkor Wat est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d'État » et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, l'une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, initialement hindou et dédié à Vishnou, puis, bouddhiste. Le temple est admiré pour la grandeur et l'harmonie de son architecture et les nombreux bas-reliefs qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde. Il donne également des indices sur l'important système hydraulique d'Angkor. Il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

 

Étymologie : « Angkor » est une forme dialectale du mot nokor, qui vient du sanskrit nagara, « résidence royale » et vat ou wat signifie « temple, monastère » en khmer. On peut traduire « Angkor Vat » par "Angkor des monastères", car le site en héberge deux. Les Cambodgiens appellent aussi le site Angkor Toc ("le petit Angkor"), par opposition à Angkor Thom ("le grand Angkor"). L'appellation « Angkor Vat » est utilisée depuis le XVIe siècle. Avant cette période, le temple semble avoir été appelé « Preah Pisnulok » : « lieu sacré de (celui qui est allé au) monde suprême de Vishnou » en référence au titre posthume de son fondateur Suryavarman II.

 

 

Historique : Angkor Vat fut construit dans la première moitié du xiie siècle par le roi Suryavarman II dont le règne s'étala de 1113 à 1150. Comme le Baphûon était dédié à Shiva et que Suryavarman II honorait Vishnou, il décida la construction d'un nouveau temple au sud de la ville. Ceci pourrait expliquer que l'entrée d'Angkor Vat est orientée vers l'ouest — vers Vishnou —, contrairement aux autres temples khmers. Le travail de construction semble avoir pris fin à la mort du roi, laissant inachevés quelques-uns des bas-reliefs décoratifs.

 

En 1177, Angkor fut pillé par les Chams, les ennemis traditionnels des Khmers. Par la suite, l'empire fut restauré par Jayavarman VII, qui mit en place une nouvelle capitale, Angkor Thom et un temple d'État, le Bayon, quelques kilomètres plus au nord. Au XIVème siècle ou XVéme siècle, le temple fut adapté au culte bouddhiste avec un remaniement notable du sanctuaire central. Le temple n'a été popularisé en Occident que dans le milieu du xixe siècle grâce à la publication des notes de voyage du naturaliste français Henri Mouhot. Mouhot, comme d'autres visiteurs occidentaux au début, a été incapable de croire que les Khmers pouvaient avoir construit le temple, et le data faussement vers à peu près la même époque que la Rome antique. Angkor Vat a nécessité de considérables efforts de restauration au xxe siècle, principalement par l'enlèvement de la terre accumulée et de la végétation. Le travail a été interrompu par la guerre civile lorsque les Khmers rouges prirent le contrôle du pays pendant les années 1970 et 1980. Relativement peu de dégâts ont eu lieu au cours de cette période, hors le vol et la destruction de la plupart des statues datant des époques post-angkoriennes. Le temple est devenu le symbole du Cambodge et est une source de grande fierté nationale. Depuis environ 1863, une représentation d'Angkor Vat figure sur le drapeau du Cambodge. C'est le seul bâtiment à apparaître sur un drapeau national. Depuis 1992, tout le site d'Angkor fut classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et même jugé « en péril » jusqu'en 2004. En 2008, c'était le seul site cambodgien distingué de la sorte par l'UNESCO. En janvier 2003, des émeutes ont éclaté à Phnom Penh car une fausse rumeur prétendit qu'une actrice thaïlandaise de soap-opera aurait affirmé qu'Angkor Vat appartenait à la Thaïlande.

 

Recommandé Sur

Cambodge

Lisez plus

Monuments

Photos

Contactez-nous

Phone:+855 12 77 41 57

Phone:+855 97 84 87 389

E-mail : etoile1987@live.com

Web:www.decouverteangkortour.com

videos